top of page

TRAVAIL EN HAUTEUR : FACTEUR DE CHUTE ET FORCE DE CHOC

Dernière mise à jour : 27 sept. 2023

Comprendre le facteur de chute et la force de choc ainsi que les moyens de s’en prémunir dans le cadre du travail en hauteur.


En matière de protection individuelle contre les chutes, le terme « facteur de chute » désigne la distance de chute réelle subie par un travailleur, par rapport à la longueur de longe utilisée pour l’arrêter.

La force de choc, dans ce contexte, renvoie quant à elle à la puissance de la force ressentie par le corps du travailleur au moment où sa chute est stoppée.

Cette puissance n’est pas anodine, car, elle peut entrainer des séquelles d'ampleur variables.

PORT DU HARNAIS, FACTEUR DE CHUTE ET FORCE DE CHOC

Comment se calcule le facteur de chute ?


Le facteur de chute est calculé en divisant la distance de chute par la longueur de longe disponible.

Par exemple : Si un travailleur chute de 1 mètre et dispose d’une ligne de vie de 2 mètres, le facteur de chute serait de 0,5 (1 mètre de chute divisé par 2 mètres de longe).

Un facteur de chute élevé, c’est-à-dire proche de 1 ou supérieur à 1, peut générer une force d’arrêt plus élevée, ce qui peut avoir des conséquences graves sur le travailleur en termes de blessures. Par conséquent, il est recommandé de maintenir le facteur de chute aussi bas que possible.



Comment réduire le facteur de chute ?

Pour réduire le facteur de chute, différentes mesures peuvent être prises, notamment :

  • Utiliser des dispositifs d’arrêt des chutes appropriés tels que des harnais de sécurité, des absorbeurs d’énergie, des antichutes à rappel automatique, antichute mobile sur supports d’assurage, etc.

  • Installer des points d’ancrage adéquats et solides pour assurer la stabilité du système de protection contre les chutes.

  • Suivre des formations appropriées à l’utilisation et l’entretien du matériel de protection contre les chutes.

Multiplier les contrôles sont autant de garanties qui permettent limiter les facteurs de chute et ainsi de réduire les conséquences liées à la force de choc.



Qu’est-ce que la force de choc ?


La force de choc fait référence à la force subie par le corps du travailleur lors de l’arrêt d’une chute. Lorsqu’un travailleur tombe et que le dispositif d’arrêt des chutes se déclenche, une force est générée en raison de l’interaction entre le corps en mouvement et le système de protection.


La force de choc est exprimée en kilonewtons (kN) et représente la quantité de force appliquée sur le corps du travailleur lors de l’arrêt de la chute. Plus la force de choc est élevée, plus elle peut être dangereuse pour le travailleur et augmenter le risque de blessures.


Comment réduire la force de choc ?

Pour réduire la force de choc, différents facteurs doivent être pris en compte :

Schéma récapitulatif des séquelles exprimés en Kn mettant en scène Emma, la community manager d'Altitude Formation
Emma - Community Manager chez Altitude Formation

  • L'absorption d’énergie : L’utilisation d’un absorbeur d’énergie, tel qu’un dissipateur d’énergie ou un absorbeur d’énergie intégré dans une longe, permet de réduire la force de choc en dissipant l’énergie cinétique générée lors de l’arrêt de la chute.

  • La longueur de chute : Une chute plus courte entraîne généralement une force de choc moins importante. Il est donc essentiel de minimiser la distance de chute lorsque cela est possible.

  • Le facteur de la chute : Comme mentionné précédemment, le facteur de chute (rapport entre la distance de chute réelle et la longueur de Longe disponible) peut influencer la force de choc. Maintenir un faible facteur de chute contribue à réduire la force de choc.

  • Le choix d'un matériel approprié : Utiliser des équipements de protection individuelle contre les chutes certifiées et conformes aux normes en vigueur garantit que le matériel soit conçu pour réduire la force de choc et fournir une protection adéquate.


Important : Les normes européennes des EPI antichute ont défini que les systèmes d’arrêt des chutes devaient réduire la force de choc à moins 6 kN afin de protéger l’intégrité physique de la personne qui a chuté.


La bonne compréhension de ces phénomènes et des moyens de s’en prémunir sont des éléments capitaux de la sécurité lors d’un travail en hauteur.


Si vous souhaitez vous former ou former vos équipes, mettre à jour vos compétences et vos connaissances, n'hésitez pas à nous contacter afin de faire le point avec nos équipes.



Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page